bando
bando
bando
fond
fond
fond
fond
fond

Musicothérapie réceptive

barre
Par opposition à la musicothérapie active, la musicothérapie réceptive est dite "passive". Le but ici n’est plus de faire la musique, mais bien de l’écouter.

Le médiateur n’est plus alors l’instrument de musique mais l’oreille.

La musicothérapie réceptive se décline sous deux formes :
  • - une écoute en champ libre (musique diffusée en espace clos)
  • - une écoute au casque

C’est cette méthode qui nous occupe dans ces pages. Son principe ? L’écoute de musiques filtrées à des fins thérapeutiques.

Ecouter au casque
Un peu d’histoire
Le pionnier des cures soniques est Alfred Tomatis. Médecin ORL, il dépose un premier brevet en 1956. Personnage charismatique, il fera de nombreux émules. Parmi eux, on peut citer les docteurs Guy Bérard, Bernard Auriol et Bernard Herzog. A leur tour, ils reprendront et feront évoluer la méthode Tomatis.

La cure sonique Hipérion s’inscrit dans cette lignée. Elaborée en 1995 par le docteur Jean-Michel Issartel et Emmanuel Favreau, elle se veut plus spécifique et personnalisée. Elle possède également la particularité d’être la première cure sonique numérique en France.
Alfred Tomatis
Alfred Tomatis
Imprimer